Coupe du monde 2030 : Le Maroc en lice pour accueillir l’évènement planétaire ?



Les fédérations espagnole et portugaise pourraient finalement intégrer le Maroc à leur candidature pour l’organisation de la Coupe du monde 2030 en cas d’échec avec la fédération ukrainienne, rapporte le journal madrilène AS hier  jeudi.

Un nouvel invité dans la candidature ibérique à l’organisation de la Coupe du monde 2030? Selon les informations du journal espagnol AS, les fédérations espagnole et portugaise travailleraient sur l’option d’inclure le Maroc dans la candidature. Son incorporation devrait être étudiée dans les semaines à venir, mais son adhésion définitive semble être liée au départ de l’Ukraine de la candidature conjointe de l’Espagne et du Portugal à l’organisation de la Coupe du monde.

La présence de l’Ukraine au sein du tandem ibérique, annoncée en octobre dernier, serait aujourd’hui remise en question en raison d’une affaire de corruption présumée qui touche la fédération ukrainienne, souligne Rmcsport. Le président de l’UFA, Andriy Pavelko, fait l’objet d’une enquête pour fraude et blanchiment d’argent et a été suspendu pour une période limitée jusqu’à ce que l’affaire soit tirée au clair. Le 29 novembre, il a été arrêté pour détournement de fonds destinés à la construction d’une usine de terrains de football artificiels. Pavelko, qui nie toute malversation, risque jusqu’à 12 ans de prison.

La fédération espagnole ne voudrait pas être mêlée à ce scandale et aurait ainsi décidé de mettre l’Ukraine à l’écart jusqu’à ce que la situation soit réglée et que tout soit clair. La présence ukrainienne dans la candidature ibérique, initialement un coup de pub qui visait à envisager une victoire ukrainienne d’ici 2030, aurait pu finalement se retourner contre la candidature initiale, d’où la volonté d’envisager un autre scénario. La FIFA annoncera en juin la liste des conditions à remplir par les candidats à l’organisation de la Coupe du monde 2030 et, en 2024, le choix définitif sera officialisé.

La fédération espagnole travaillerait actuellement avec le pays nord-africain pour négocier son inclusion. Leur présence aurait été initialement exclue en raison du veto opposé par la FIFA et l’UEFA aux candidatures conjointes de pays appartenant à des confédérations différentes. Mais la réserve acceptée avec la proposition de la Grèce, de la Turquie et de l’Arabie saoudite a changé la donne et permettrait à la RFEF et à la Fédération portugaise d’ouvrir la porte au Maroc.


Articles récents