Jean-Louis Gasset après Côte d’Ivoire-Maroc, « la défense m’inquiète »

Jean-Louis Gasset après Côte d'Ivoire-Maroc,"la défense m'inquiète"


Le sélectionneur de la Côte d’Ivoire, Louis Gasset, s’est exprimé en conférence de presse après le nul 1-1 des Éléphants contre les Lions de l’Atlas de Walid Regragui du Maroc.

Samedi soir, au Stade Félix Houphouët Boigny, Sébastien Haller a mis les Ivoiriens devant, avec l’ouverture du score dans le temps additionnel de la première mi-temps. En seconde période, Ayoub El Kaabi a égalisé pour les Lions de l’Atlas marocain à la 81e. En conférence de presse après ce nul à domicile, Louis Gasset ne regrette pas d’avoir aligné un 4-3-3 avec de jeunes joueurs.

« À chaque rassemblement, vous avez votre problème d’effectif. On avait fait un gros match contre le Lesotho, une équipe jeune, parce qu’on jouait le Mali trois jours avant. Tout le monde me disait oui le derby, donc on a joué avec une équipe solide contre le Mali. Je pense qu’on a été sur 45 minutes supérieures au Mali puisqu’on a eu des occasions. On a frappé le poteau, aujourd’hui, on a mis la meilleure équipe du moment. C’était à mes yeux celle qui a débuté parce que vous avez des joueurs qui ont de problème de temps de jeu, des joueurs qui avaient eu un problème dans la semaine. Je suis obligé de penser à tout ça. »

Questionné sur le remplacement de son buteur par Hamed Junior Traorè avant la fin, Louis Gasset a une bonne raison. « Sébastien Haler, vous le savez, a joué 75 minutes puisqu’on a un match mardi. Cela fait partie de la progression. Mais c’est ce genre de matchs contre une très bonne équipe qui doit nous donner confiance. La Zambie, j’essaie d’expliquer que c’était dans une période où c’était difficile. »

Louis Gasset a aimé au passage, la présence du public ivoirien, dont le soutien sera important lors de la CAN 2023 qu’ils abritent en début d’année prochaine. « Moi, ce que je relève, c’est quand on est à la 70e-64e ça veut dire, on joue en Côte d’Ivoire, on joue dans des stades pleins, on joue devant un public qu’on essaie de mettre avec nous. On a joué à Yamoussoukro, à Bouaké… »

L’entraîneur français est conscient de la vulnérabilité de sa défense, mais demande du temps pour les jeunes joueurs. « On a joué une mi-temps contre le Mali. Pour le moment, j’ai l’impression que mon équipe monte en puissance. Mais, la défense nous inquiète. C’était le chantier quand je suis arrivé d’accord. J’essaie au moins de découvrir des jeunes joueurs : Ousmane Diomande a 19 ans, il est dans les 25 meilleurs jeunes joueurs de 19 ans au monde, au monde d’accord. Si on ne leur laisse pas un temps d’adaptation, il joue au Portugal, il joue les premières places, il joue la Champions League ou Europa League. »

« Laisser les arriver, si en plus, ils se lancent comme on le comprend, il serait à Manchester City. Vous comprenez, ça fait partie du travail, ça fait partie de la confiance et ces jeunes joueurs vont monter. J’ai un groupe jeune. Singo a 22 ans, Diomande a 19 ans, Adingra a 23 ans. Si je mets Sylla, il a 21 ans d’accord. Ce sont des enfants, c’est pour ça que quand je les voyais avec les larmes aux yeux, j’ai dit « Oh ! la tête haute, soyez fiers de vous », poursuit Louis Gasset.

Enfin, le tacticien de 69 ans reste fier de ce nul et du rythme que son équipe a donné à cette partie. « Moi, je suis fier de vous, parce qu’il y en a qui ont dit qu’on allait cramer nos volets. Rappelez-vous, deux heures avant le match, si vous aviez fait un pari, vous auriez misé Maroc. On était d’accord, dès la reprise, on s’est fait égaliser sur des erreurs de jeunesse d’accord. Je suis d’accord avec vous, ce sont des petits qui ont un potentiel énorme. C’est vrai que c’est un chantier. »


Articles récents

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *